L'Esprit de l'Art

Mohamed Maï

L'Art & l'Esprit

Journal spirite n° 105

De l'art défini par les hommes à celui vécu par l'esprit

Il est difficile de définir par écrit ce qu'est l'art, car il exprime souvent ce que les mots, dans leurs acceptations ordinaires, ne peuvent dire. Ainsi, les définitions communes de l'art sont loin d'embrasser totalement sa signification. De façon générale, l'art peut par exemple être défini comme l'interaction qui existe entre l'artiste, son œuvre, et le spectateur de cette œuvre. On se cantonne aussi souvent à définir l'art comme une création qui tend vers le beau, ou l'esthétique. Beaucoup de définitions appuient et développent l'aspect technique de l'art. Ainsi, comme dans de nombreux autres domaines, on insiste ici sur la forme mais sans sonder le fond.

Ces définitions restreintes peuvent créer d'inutiles querelles entre des critiques d'art qui se perdent dans des considérations où le besoin absolu de classifier, catégoriser l'art dans un courant, un style, prime finalement sur l'essentiel: le ressenti.

Cette façon de voir l'art amène même à des courants de pensée, où des philosophes, comme David Hume dans " La norme du goût ", ne donnent sa légitimité et même son existence à l'art, que grâce à une élite qui serait la seule à pouvoir définir ce qui est à considérer ou non comme de l'art. Il serait donc donné à des personnes  de penser à notre place pour nous permettre de penser l'art.

C'est dans cette idée que l'art contemporain peut parfois se scléroser, au point que n'importe quel objet ou matériau, du moment qu'il est posé dans un musée doit être automatiquement appelé oeuvre d'art et être admiré sous peine de considérer le visiteur comme quelqu'un n'y connaissant rien à cette discipline.  

Le spiritisme, comme toujours, brise le dogme, et celui de l'art n'y échappe pas.

Il insiste surtout sur l'essentiel du ressenti et de la créativité. C'est cette vibration qui se crée et qui nous atteint, et non un cadre où l'on doit restreindre l'art arbitrairement.

En termes philosophiques et en tant que spirites, nous nous rapprocherons plus, par exemple, et comme souvent d'ailleurs, d' Henri Bergson qui donne comme finalité à l'art de " montrer, dans la nature et dans l'esprit, hors de nous et en nous, des choses qui ne frappaient pas explicitement nos sens et notre conscience ".

D'ailleurs, lorsque les Esprits nous parlent d'art, il n'y vont pas par quatre chemins, ils le définissent tout simplement comme " la plus haute expression de l'esprit ", qu'il soit ou non incarné.

Cette explication peut être le fil directeur d'une réflexion qui va nous pousser à toujours élargir et à explorer sans limites les définitions et les possibilités de l'art. 

La vision spirite nous offre un angle de vue très large, car elle nous amène aussi à intégrer l'art comme une donnée considérable dans notre chemin évolutif. Nous allons tenter de voir pourquoi en constatant que si l'art est reconnu par tous comme une source de bien-être, il ouvre par conséquent à l'humain un contexte d'émancipation de son esprit.

Enfin, pour clore cette tentative de définition, en spiritisme, nous parlons souvent de l'art médiumnique, très riche au sein de notre association. C'est la preuve vivante que l'esprit est toujours à l'oeuvre, même sans son enveloppe charnelle, et que, contrairement à la faim ou à la soif, le besoin de créativité perdure toujours dans l'au-delà. Preuve est donc faite que l'art ne correspond à aucun besoin physique instinctif et qu'il est un besoin émanant et immanent de l'esprit qui accompagnera ce dernier, y compris jusque dans sa finalité.

Les vertus de l'art

Il y a un consensus général qui reconnaît l'art comme source de bien-être. Tout d'abord, il l'est pour l'artiste qui, en exprimant son ressenti, sa sensibilité, trouve souvent le meilleur moyen de communiquer ce qu'il n'arrive pas à dire autrement. C'est ce langage qui rayonne du plus profond de son esprit qui se matérialise dans sa création et donne à cette dernière une certaine vibration en direction du spectateur, qui la ressent à sa manière.

L'art est donc source de bien-être pour ceux qui reçoivent l'oeuvre. Lorsque nous accrochons un tableau dans notre salon, ou que nous écoutons une symphonie sur notre canapé, nous créons une atmosphère qui nourrit notre esprit, grâce aux vibrations que génère la composition en nous. Quand l'artiste, ou celui qui est en nous, chante, joue de la musique, dessine, sculpte, nous nous sentons bien car c'est notre nature créatrice que nous réveillons. L'esprit se sent en accord avec lui-même dans ce champ de liberté et d'expression. Notons que l'activité artistique dans ce sens est utilisée aussi dans une médecine douce appelée l'art-thérapie et qui ne cesse de montrer de bons résultats.

L'art apaise et s'exprime aussi dans l'au-delà, pour par exemple, aider les désincarnés.

C'est ainsi que les Esprits " dirigent leurs pensées musicales vers des centaines de milliers d'entités, afin en quelque sorte de les réveiller, de les rassurer, de les transporter."

Allan Kardec lui-même, nous indiqua que lors de sa désincarnation, il entendit grâce aux pensées de ses proches, un air de Bach qui l'accompagna pour atteindre le tunnel sereinement. Il est d'ailleurs tout à fait recommandé lorsque l'on prie pour nos morts, d'écouter une musique qui nous transporte, pour transmettre en quelque sorte cette sensation à l'Esprit auquel on pense et que l'on veut aider à rejoindre rapidement l'autre monde.

Hormis l'art né de la créativité de l'humain incarné, il est aussi une autre façon de ressentir l'art dans notre monde matériel, c'est celui qui est présent dans la nature. En effet, en tant que spirites, nous croyons en un univers pensé, pulsé, et non à un improbable hasard inouï de coïncidences qui aurait créé l'intelligence, ainsi que cette incroyable équilibre de la matière, par des lois de la physique encore plus inouïes. Nous pouvons avoir un regard sur la nature comme étant le résultat de pensées spirituelles qui forgent la matière dans l'univers. Notre univers connu, qui fut il y a des milliards d'années une soupe cosmique déstructurée, s'est peu à peu affiné en cette incroyable harmonie qui tombe sous nos sens. De ce point de vue, la nature est donc l'œuvre artistique incommensurable de la création divine que l'on nomme Dieu et des Esprits purs qui y concourent en l'ayant rejoint.

Bien loin donc la conception de l'art qui se définit chez certains par son inutilité et son absence de finalité, le spiritisme nous met devant sa sublime définition au travers de l'exemple de la nature dont l'origine spirituelle est donc établie.

C'est ainsi qu'un Esprit, lors d'une communication nous invite à nous attarder sur " Dieu offert dans la nature qu'il représente par ces montagnes, par ces océans,par ces cieux, par ces arbres, par sa vie partout sculptée."

Parmi les musiques que nous joue la nature, une autre entité nous indique que " le chant des oiseaux est une vibration, un mantra naturel bénéfique à l'équilibre humain."

Parmi les sculptures qui nous ébahissent, se dressent l'architecture des montagnes et de leurs reliefs qui savent si bien retenir et répartir l'eau, et maintenir ainsi la vie de milliards d'êtres vivants. Il en est de même pour les couleurs du règne végétal qui, en plus d'émerveiller nos sens, nous nourrissent et recyclent notre air. 

Les exemples sont si nombreux qu'ils pourraient inspirer d'infinies poésies, comme ils ont inspiré l'homme depuis l'art rupestre des grottes de Chauvet et très certainement bien avant encore.

L'art est donc un faiseur de vie, autant que la vie est faiseuse d'art. C'est dans ce bel enchevêtrement que de nombreux artistes firent souvent l'éloge de l'art dans la nature, que ce soit Léonard de Vinci qui disait: " Va prendre des leçons dans la nature, c'est là qu'est notre futur.", ou Auguste Rodin qui écrivait que " Les réalités de la nature dépassent nos rêves les plus ambitieux."

Comment ne pas ressentir notre esprit vibrer et cette quiétude nous gagner, quand nous nous arrêtons un instant devant cette œuvre. Nous avons la chance de pouvoir combiner l'art de la pensée créatrice qui se lit dans la nature et celui de l'esprit incarné. Par exemple, nous pourrions lever le regard vers le ciel d'une nuit étoilée en écoutant l' Adagio pour cordes de Samuel Barber, contempler chaque étoile et nous dire que, peut-être au même moment, autour de l'une d'elles, une autre civilisation nous contemple aussi en se faisant la même réflexion, et en écoutant sa propre musique...

L'art est donc ce baume au cœur de l'esprit qui, dans sa noblesse, s'adresse à toutes les sensibilités. C'est cette voix qui nous appelle, et qui nous permet de nous échapper, pour rêver, espérer, être positif et penser à un avenir meilleur.

L'art d'émanciper l'âme

L'art peut donc faire évanouir nos tracas matériels, calmer notre conscience tourmentée, tel un lac agité qui s'apaise et qui nous laisse entrevoir le fond un instant, dans une profondeur de l'esprit qui ne demande qu'à s'exprimer ou ressentir la création. Nous nous éveillons, sans doute là, à ce que nous avons de plus spirituel et divin en nous.

Nous avons vu que l'art que nous percevons dans la nature est source de vie. N'est-ce pas cela même que tente de faire l'artiste ? Dans une imitation du mystère divin, il se transcende et tente de donner vie à son œuvre au travers des vibrations qu'elle va dégager et la façon dont elle va atteindre le spectateur.

Cet art, en nous inspirant, nous rend plus humain. de par les rencontres qu'il provoque, il nous unit et le spiritisme nous le dit: nous ne pouvons évoluer sans les autres. L'art arrive à trouver un point de convergence dans l'émotion pour tous les peuples, et c'est cette universalité qui est à rechercher, et qui nous aide à cette solidarité qui nous fait grandir. Combien de personnes réunies au Louvre, ne parlant pas la même langue, ne partageant pas la même culture, se retrouvent-elles chaque jour à ressentir le même mystère face à l'expression indescriptible de la Joconde ? Grâce à l'art, l'artiste s'élève en mettant à disposition son œuvre, qui enrichit de nouvelles palettes d'émotions l'esprit du spectateur, qui lui fait ressentir son esprit vibrant en résonance avec ce que dégage le tableau.

La manifestation de l'art et son désir, de par le fourmillement d'émotions qu'il implique, est la preuve même que nous sommes bien autre chose qu'un simple amas de cellules en division. Il nous pousse à la curiosité et exhorte notre pensée à se tourner vers notre esprit et à nous amener à la réflexion.

L'art devance souvent notre compréhension, et nous permet de ressentir ce que nous ne pouvons encore comprendre. Cette idée rejoint celle de l'artiste qui, par ses créations, est parfois incompris car elles arrivent en avance sur leur temps. L'ironie du sort veut d'ailleurs que ce sont souvent ces œuvres qui deviennent intemporelles.

" En art, point de frontière " écrivait Victor Hugo, c'est en effet ce champ de liberté propre à l'art, qui est un catalyseur de notre liberté tout court. Que ce soit dans sa forme subversive ou non, l'art a toujours accompagné les sociétés ayant soif de liberté et leur a permis d'avancer sans doute d'une manière parfois plus pacifique. L'art bouscule donc l'humain, non pour le faire trébucher, mais pour le faire avancer.

 

Peut-être comme des fourmis sur un immense tableau, il nous est impossible de comprendre l'art et le niveau qu'il atteint dans l'au-delà. Il a bien évolué depuis l'Antiquité où il n'était considéré que dans son sens étymologique, à savoir une simple technique; on peut imaginer alors facilement qu'il n'a pas fini de nous émerveiller. cela donne une direction à l'esprit vers la plus haute expression de son être. Au travers de son long chemin d'incarnations, il passe de l'esprit qui subit la matière, à celui qui la sublime. Il passe de l'esprit modelé par la matière à celui qui la modèle.

 

L'art est finalement cette espèce de champ d'attraction irrésistible, notre garde-fou sur notre route de l'évolution. Cette beauté et ce mystère émotionnel qui nous attirent, nous amènent inexorablement, inconsciemment ou non, vers cette force créatrice amoureuse, que tout esprit incarné aujourd'hui sera amené à rejoindre dans un lointain demain. Du peu que nous pouvons en comprendre, il y sera question de penser, peindre, et sculpter des mondes avec pour matériau de l'énergie condensée en matière, et pour cadre l'atelier de l'espace-temps. Et ce afin d'y préparer le théâtre de nouvelles vies incarnées. De nouveaux Esprits qui deviendront, à leur tour, nouveaux artistes inspirés par leur planète, leur environnement. cette pièce de théâtre, qui pourrait porter comme nom " Cycle infini de l'émancipation de l'esprit ", se jouera toujours dans l'harmonie bienveillante d'une musique céleste que les Esprits de grande évolution savent jouer, écouter, comprendre, et qu'ils définissent dans Le Livre des Esprits comme " Tout ce que l'imagination spirituelle peut concevoir de plus beau et de plus suave."   

Mohamed Maï

L'Art & l'Esprit

Journal spirite n° 105