Vies antérieures:

Les preuves scientifiques

Emmanuelle Pêcheur

Le Spiritisme face à la Science

Journal spirite n° 107

Les faits qui tendent à prouver le principe de réincarnation, c'est-à-dire la transmigration d'une âme d'un corps dans un autre corps, reposent en grande partie sur les témoignages d'enfants, dont les souvenirs antérieurs permettront d'en démontrer le caractère irréfutable.

Cependant, il s'avère que dans les "sciences" dites humaines comme l'économie, l'ethnologie, la psychologie, la psychanalyse, et donc aussi l'étude de la réincarnation, la démarche expérimentale est délicate, l'aspect prédictif de la méthode appliquée aux phénomènes humains étant souvent mis en défaut.

Même si l'émergence de ces sciences à la fin du XIXème siècle et au XXème siècle a conduit à remettre en question le modèle vieillot de la méthode scientifique, qui définit de façon réductrice la notion de science, il demeure difficile encore aujourd'hui de faire accepter par la communauté scientifique, des faits qui, bien que probants, ne répondent pas aux critères stricts de la science dite matérialiste.

La mise en évidence de la réincarnation continue de se heurter à cette conception.

Cependant, avant de se pencher sur cette notion de preuves, laissons la parole à un homme, Ian Stevenson, psychiatre américain, qui consacra la majeure partie de sa vie de chercheur, à la mise en évidence de la réincarnation. C'est lors d'une séance spirite qu'il témoigna de la continuité de son combat.

Voici ses propos reçus en 2008, peu après son décès:

" Mon passage ne fut pas difficile car mes idées et mes travaux m'ont démontré, au-delà de la réalité de la réincarnation, la réalité de l'au-delà et de la survivance de l'âme.

J'ai dit et je continue de le penser et de le dire que la réincarnation serait officiellement reconnue et prouvée dans les décennies à venir et elle le sera. Les choses changent, bougent, évoluent et le relais se fait en différents points du globe.

Je suis heureux de vivre et surtout de poursuivre mes recherches, de les affiner davantage. Mes travaux, mes recherches avaient conclu à la possibilité du retour aux chairs, au fil du temps, au fil des vies qui s'enchaînaient, parfois de façon rapide pour les cas étudiés. Les preuves existent. Cela est écrit, cela est démontré. "

Revenons sur son parcours terrestre de chercheur en abordant sa démarche. 

Au cours des années 60, Ian Stevenson rassembla quantité de témoignages en faveur de l'hypothèse de la réincarnation. Il s'agissait d'enfants en bas âge de différents pays et se souvenant de leur vie antérieure.

La journaliste Hélène Renard a effectué une analyse méticuleuse du travail de Stevenson et a identifié sept critères de classement concernant le témoignage de ces enfants:

  • Leur désir de retrouver l'ancienne famille.

  • L'affirmation répétée d'une autre identité.

  • les habitudes, les comportements, les réactions similaires à celles du défunt.

  • Les malformations congénitales ou marques de naissance.

  • Les talents, aptitudes insolites, connaissances particulières.

  • Les connaissances historiques, érudition.

  • la reconnaissance de lieux ou de gens.

 

Ces témoignages de réincarnation ne se limitent pas à l'Asie, et la croyance en la réincarnation est beaucoup plus répandue qu'on ne le croit ( Liban, Alaska, par exemple ). Stevenson a même trouvé des cas en Occident, dans des environnements où l'on ne croyait pas à la réincarnation.

Toute son approche obéit à des critères de vérification les plus rigoureux. C'est pourquoi l'on peut dire que l'on est passé d'une croyance présente chez de nombreux peuples du monde à une démarche scientifique de collecte de faits, inexplicables sans l'hypothèse d'une transmission de souvenirs ou de vécu entre deux identités corporelles différentes.

Dans un entretien accordé à Psychologies Magazine, il répondait aux questions du journaliste explicitant sa démarche:

  • Après toutes ces années de recherches et de publications, considérez-vous avoir prouvé l'existence du phénomène de la réincarnation ?

Ian Stevenson: " Non, je ne l'ai jamais prétendu. Disons plutôt que tous les cas que nous avons recensés, 14000 environ, suggèrent le phénomène de réincarnation. En revanche, j'apporte la preuve que chez certains enfants, des éléments de leur structure psychologique n'ont pu être acquis dans leur vie présente et ne sont pas dus à une transmission héréditaire. Lorsque cette structure psychologique et les éléments historiques correspondent en de nombreux points à une personne décédée, cela équivaut à une preuve de survivance de l'âme humaine après humaine après la mort physique.Pour ma part, je préfère rester prudent et dire que la réincarnation est la meilleure interprétation pour les cas les plus forts. Mais aucun cas n'est parfait et probant à 100%.

Ce que l'on peut dire aujourd'hui, c'est que nous avons fait des statistiques et que les chiffres nous montrent que, même si ce n'est pas systématique, une grande partie des cas sont reliés à une mort violente."

  • Vous avez effectué une étude sur les sujets qui ont des marques de naissance ou des malformations congénitales ...

Ian Stevenson: " Oui. Cette étude que j'ai commencée il y a vingt ans, fait aujourd'hui deux mille pages et présente des milliers de cas, comme celui d'un jeune Indien né avec une malformation de la main droite: il était né sans doigts. En âge de parler, il a lui-même attribué son absence de doigts à un accident survenu dans sa vie précédente: sa main avait été emportée dans une machine. Effectivement, quelques années avant sa naissance, un enfant d'un village voisin avait eu les doigts coupés dans un accident. de tels cas sont légions." 

  • En quoi l'hypothèse de la réincarnation modifie-t-elle notre compréhension de l'esprit humain ?

Ian Stevenson:" Les phénomènes de " marques de naissance " supposent une révision radicale des concepts conventionnels sur la relation entre le corps et l'esprit. Ensuite, si l'on admet que notre construction psychologique se fait, non seulement dans la vie présente, mais dans une ou plusieurs vies passées, il faudra aussi réviser tous les modèles psychologiques et psychanalytiques qui tentent de définir la construction psychique de l'enfant. Mais ce qui est sûr, c'est que prendre en compte le concept de la réincarnation, c'est nous ouvrir à une autre vision de notre esprit." 

Après le départ de Ian Stevenson pour l'au-delà, son collaborateur, le docteur Jim Tucker, psychiatre également, poursuivit et compléta ses travaux afin d'approfondir l'étude des faits prouvant la réincarnation et parvenir ainsi à la reconnaissance par la science de ce principe.

Ian Stevenson avait réalisé la préface de l'ouvrage de Jim Tucker " Une vie avant la vie ". 

Voici son propos:

" De nombreux auteurs se sont penchés sur la réincarnation, presque toujours pour en confirmer l'existence, certains prétendant même en décrire les processus; rares sont ceux qui qualifient d'absurde cette notion. Mais rares sont également ceux qui semblent s'intéresser à la question des preuves de l'existence ou non de la réincarnation.

Jim Tucker a écrit un ouvrage différent. Pour lui, les preuves sont prépondérantes Vont-elles dans le sens d'une croyance en la réincarnation, voire nous forcent-elles à y croire ? On trouvera aisément des objections à la réincarnation: l'insuffisance de témoignages, la fragilité des souvenirs, l'explosion démographique, la dualité mental/corps, les supercheries ou autres affabulations. Jim Tucker aborde ces questions l'une après l'autre, scrupuleusement. Son livre ne ressemble à aucun autre: il n'y a aucun antécédent en la matière. J'ai trouvé particulièrement impressionnante la façon dont Jim Tucker guide ses lecteurs. Il leur demande, voire exige d'eux qu'ils raisonnent en même temps que lui, à mesure qu'il décrit et aborde chaque objection à l'idée de réincarnation.

Son style est si bon, que même le lecteur désinvolte pourra se laisser séduire et même croire qu'il n'a aucun travail à accomplir.Continuez votre lecture et sachez que les preuves apportées par Jim Tucker peuvent répondre, plus tôt que prévu, à la question la plus importante que l'ion peut se pose: " Que se passe-t-il après la mort ? "

Emmanuelle Pêcheur

Le Spiritisme face à la Science

Journal spirite n° 107