Gabriel Delanne

( 1857 - 1926 )

Gabriel Delanne est né à Paris dans une famille spirite. Son père, Alexandre Delanne, après avoir lu Le Livre des Esprits  et Le Livre des Médiums, rencontra Allan Kardec, avec lequel il se lia d'amitié. Il assista à une réunion de la société spirite, nouvellement fondée et ne la quitta plus jusqu'à son décès en 1901. Il fut un excellent diffuseur du spiritisme, bien avant la naissance de Gabriel. Sa mère, Alexandrine Delanne, devint un excellent médium psychographe. 


Gabriel Delanne était de ces spirites qui ont eu la fierté de dire;

" Spirite, je l’ai toujours été. Le temps de mes premiers souvenirs remonte vers 1860. Mes parents étaient spirites, j’ai appris le français en entendant parler de spiritisme."

Interrogé enfant sur la religion de ses parents, il répondait: spirite.

Le 31 mars 1880, à 23 ans, Gabriel Delanne participe, au Père Lachaise, à la cérémonie commémorative annuelle de la désincarnation d'Allan Kardec. En ardent militant, il souhaite faire comprendre le côté scientifique du Spiritisme. "Allan Kardec n'est pas venu apporter une religion, il n'a ignoré aucun culte ; sa morale est celle de Jésus dégagée de toute fausse interprétation mais ce dont il a doté l’humanité, c'est une doctrine capable de répondre à toutes les objections de l'incrédulité et à tous les grands problèmes posés par la raison. En effet, jusqu'ici, nous n'avons envisagé que le côté moral de la doctrine, mais son étude plus approfondie nous montre qu'en suivant ses enseignements on peut arriver aux plus belles découvertes scientifiques. S'il est un champ d'études encore inexploré, c'est celui qui comprend les rapports entre le monde invisible et le nôtre. Que de problèmes à résoudre avant de pouvoir donner une théorie scientifique de ces rapports ! mais un jour viendra où ils seront connus comme des phénomènes étudiés scientifiquement et ne seront plus un secret pour nous. "

 

Après de brillantes études au collège de Cluny, puis à celui de Gray, Gabriel Delanne entre en 1876 à la Compagnie d’Air Comprimé et d’Electricité Popp, où il reste jusqu'en 1892. Mais pour cet apôtre du spiritisme, l'essentiel de sa vie tient à démontrer que le spiritisme est une science, basée sur des faits constatés et rigoureusement contrôlés. Ces expériences nécessitent de faire appel à des personnes douées de facultés exceptionnelles, les médiums.


Avec son père, Alexandre Delanne, il devient un des fondateurs de l’Union Spirite Française, première du nom, le 24 décembre 1882, sous la présidence du Docteur Josset et avec l’appui d’ Amélie Gabrielle Boudet, veuve de Allan Kardec. La revue bimensuelle Le Spiritisme voit le jour en mars 1883, grâce au soutien financier de Mme d'Espérance, prodigieuse médium et spirite agissante. Gabriel Delanne devient le rédacteur et l'âme de ce périodique.

Le 31 mars 1883, Gabriel Delanne devant le dolmen d'Allan Kardec prononce les paroles suivantes :
" Ne craignons pas de répandre notre foi, plus qu'aucune autre philosophie, le spiritisme fortifie et pénètre les âmes de ses doux effluves." ... " Nous avons la conviction, faisons-la pénétrer chez nos frères, unissons nos efforts pour semer à foison nos idées dans les masses et marchons à la conquête de la société moderne, appuyée d'un côté sur la science et de l'autre sur la raison ."


Son premier ouvrage Le spiritisme devant la science paraît en 1885, année marquée par le développement de son action de conférencier en France et en Belgique, en même temps que par sa désignation comme vice-président de l’U.S.F. Il n’a que 30 ans.

En 1892, il devient représentant pour une maison de commerce, et effectue de nombreux voyages, durant lesquels il n'a de cesse de diffuser les idées spirites. Il écrit, expérimente, témoigne et lance en 1896, La Revue Scientifique et Morale du Spiritisme. En parallèle, Il fonde à Paris, la Société Française d'Etude des Phénomènes Psychiques, dont la salle d'expérimentation, située 1 rue des Gâtines, va devenir un Centre d'Etudes Médiumniques, reconnu dans le monde entier.

 

En juin 1898, a lieu à Londres un important congrès international, auquel Gabriel Delanne assiste comme délégué de la section française de la Fédération Spirite Lyonnaise et de l'Union Kardéciste Italienne. Il présente un très long rapport sur les vies successives. Cette même année, marque le cinquantenaire du spiritisme. Des conférences sont données à cette occasion à Paris par Léon Denis et Gabriel Delanne.

A partir de 1901, Gabriel Delanne fait tous les mardis soir à 20 heures 30, une conférence sur le Spiritisme au 57, rue du Faubourg St-Martin. Il donne également une série de conférences à Marseille, Avignon, et Lyon. 


Dans les premiers mois de l’année 1905, à l’âge de 48 ans, il adopte une fillette de 7 mois, Suzanne Rabotin, qu’il entoure d’une tendresse paternelle, mettant ainsi en pratique ses convictions spirites. C’est encore en l’année 1905 que se situe son séjour à Alger où, en compagnie du Professeur Charles Richet, il prend part chez le Général Noël et son épouse, aux expériences avec le médium Marthe Béraud, plus connue sous le nom d' Eva Carrière.

De santé fragile, souffrant d'ataxie et de problèmes de vue, Gabriel Delanne garde une mémoire intacte et prodigieuse, et continue de travailler. En 1908, il achève à Nice, où des amis l'accueillent chaque année, son important ouvrage: Les Apparitions matérialisées des vivants et des morts,  paru en février 1911.

Il écrit, en collaboration avec Monsieur Bourniquel, l'ouvrage Ecoutons les Morts.

Il seconde Jean Meyer, en 1919, dans la fondation de l’Union Spirite Française, préfaçe en 1922 le captivant ouvrage, de Paul Bodier, La Villa du Silence.

Dans le même temps, il poursuit ses conférences si pleines d’enseignement, données au siège de la Société Française d’Etudes des Phénomènes Psychiques et fait paraître, en 1924, son dernier ouvrage Contribution à l’étude de la Réincarnation.

Le 15 Février 1926, à 7 heures du matin, Gabriel Delanne se désincarne à Auteuil, dans cette villa Montmorency où Jean Meyer, directeur de la Revue Spirite, avait voulu que soient abritées les dernières années de ce vaillant pionnier de la doctrine spirite.

La veille de cette dernière journée de vie terrestre, il confie à son ami, Andry Bourgeois:

" Souvenez-vous, mon cher ami, que Delanne n’a pas peur de la mort ! "

Sources :

* Vie et Oeuvre de Gabriel Delanne , de Paul Bodier et Henri Regnault , 

   éditions Jean Meyer de 1937

* Le journal spirite n° 87 , de Mars 2012