Pierre Gaëtan Leymarie 

( 1827 - 1901 )

Issu d'une famille modeste, Pierre-Gaëtan Leymarie doit suspendre ses études et arrive jeune sur Paris, pour y travailler. Il se marie et prend  la direction d’une maison de commerce qu’il garde jusque en 1871.


Un jour, il entend parler des tables tournantes, qui ont commencé depuis peu à intéresser le public en Europe, et assiste à quelques séances de spiritisme. Il devient rapidement un fervent admirateur d'Allan Kardec et un de ses ardents disciples.

En 1869, à la mort d'Allan Kardec, il devient le directeur de la Revue Spirite.

La Revue Spirite connaît encore quelque temps fortune et popularité, surtout à l’étranger. Mais durant 30 ans, c'est une longue et difficile période, où le spiritisme est presque continuellement en butte à toutes les railleries, à toutes les attaques.

En 1878, avec Amélie Boudet et d’autres compagnons, il fonde la Société Scientifique d'Etudes Psychologiques , au travers de laquelle il va développer les théories concernant le magnétisme animal.

Il entreprend de diffuser le spiritisme à travers le monde et met en pratique les principes sociaux du spiritisme. Il soutient les actions de Jean-Baptiste Godin ( 1817-1888 ), fabricant du poêle à fonte, manager visionnaire, qui a bâti un modèle social, appelé le Familistère  et a été le précurseur des coopératives de production. 

 

Pierre-Gaëtan Leymarie est un spirite très actif, militant pour la paix et devient l’un des pionniers pour l' émancipation de la femme.

En 1873, on parle beaucoup de la photographie spirite qui est obtenue en Amérique auprès de William Mumler.

Il faut pour ces résultats que le photographe soit médium. Pierre-Gaëtan Leymarie expérimente , avec un médium du nom d’Isidore Buguet [ 1840-1901 ], et publie dans la revue un certain nombre de photographies, jusqu’en 1875, époque où commence un procès, dit le procès des spirites, qui se termine par l’injuste condamnation de Pierre Gaëtan Leymarie. Il passe plusieurs mois en prison, mais est totalement réhabilité par la suite.

Le procès fait beaucoup de bruits en France et à l’étranger également. 
Pour le ministère public, l’ enjeu est de combattre la doctrine spirite comme force politique et religieuse. Durant cette période, sa femme Marina écrit et édite un livre, intitulé Le procès des spirites, sorti en 1876.

 

En 1889, Pierre-Gaëtan Leymarie organise le premier congrès spirite international sur le sol français. Non seulement dévoué et sensible, il est aussi un homme désintéressé et modeste.

A partir de 1897, il travaille dans l’édition et fonde la librairie Leymarie, librairie qui existe toujours à Paris, à la même adresse, 42 rue st Jacques. 

Il se désincarne le 10 avril 1901, après une longue et douloureuse maladie.

On peut lire sur sa tombe au Père-Lachaise :

" Mourir c’est quitter l’ombre pour entrer dans la lumière " 

Sources :  
* Revista Internacional do Espiritismo, revue n° 12 de 1926,    éditée au  Brésil
* Wikipédia