Qu'est-ce que le Spiritisme ?

Une science et une philosophie

Le spiritisme ne relève pas de la magie, de la superstition, de l'occultisme ou de l’ésotérisme. Né de l'observation des manifestations spontanées produites par les esprits, le spiritisme est devenu un domaine d’expérimentation. Des phénomènes spontanés, on est passé aux phénomènes provoqués c’est-à-dire reproductibles au travers de personnalités sensibles appelées médiums. Les messages des esprits ont permis de mettre en évidence des principes universels : la notion de divin, la survivance de l'âme, la communication avec les décédés, la médiumnité et son fonctionnement, la réincarnation, la pluralité des mondes. 

Le spiritisme est une philosophie qui répond aux questions fondamentales de l'être humain : d'où venons-nous ? Qui sommes-nous ? Où allons-nous ? Dieu est le principe de toutes choses, c’est une force d’amour, créatrice, infinie et éternelle. La survivance de l’âme est démontrée par les phénomènes médiumniques. Les médiums sont les intermédiaires par qui les esprits peuvent se manifester aux humains. L'au-delà est le milieu naturel de l'esprit, c’est une dimension hors de la matière dans laquelle se retrouvent les âmes humaines ayant vécu sur Terre ou sur d’autres mondes. 

L'esprit créé simple et ignorant, passe par tous les degrés de l'évolution au moyen de la réincarnation. Le monde visible vit au milieu du monde invisible, avec lequel il est en contact perpétuel ; ces deux mondes réagissent incessamment l'un sur l'autre. Le souhait universel des esprits est que l'homme prenne conscience de sa spiritualité pour se réaliser dans son évolution intellectuelle et morale, participant à la transformation progressive de l’humanité.

 

Spiritisme et religion

Le spiritisme ne correspond pas aux critères habituels qui définissent une religion : le spiritisme n’est pas fondé sur la croyance ou la foi, il résulte des expériences de communication avec les esprits L’enseignement des esprits a été transmis au travers de différents médiums, et il fut l’objet d’une synthèse réalisée par Allan Kardec dans ses ouvrages et en particulier " Le Livre des Esprits "

Le spiritisme n’est pas une doctrine figée, mais une connaissance dont les principes de base s’affinent en fonction de nouvelles recherches. Il n’est pas non plus la révélation d’un prophète ou d’un messie, mais la révélation d’un au-delà qui se manifeste et apporte ses enseignements. 

S’il existe une notion de prière, cela ne donne pas lieu à des rituels particuliers. Il n’y a pas de dogmes en spiritisme, mais des principes qui nécessitent sans cesse d’être étudiés, approfondis, affinés et précisés. Le principe de réincarnation par exemple, a fait l’objet de nombreuses études et observations sur la mémoire antérieure ( souvenirs spontanés ou expériences d’hypnose ). 

Le spiritisme n’a pas donné naissance à des institutions de type Eglises, il ne comporte aucune hiérarchie de prêtres, maîtres, prophètes ou grands initiés. Il n'y a pas de Dieu justicier, mais une force créatrice infinie et amoureuse. Croire en une doctrine toute faite et non vérifiée, ou bien interroger le réel pour en savoir plus, telle est l'alternative proposée qui est toujours d'actualité. C'est toute la différence entre religion et philosophie.

 

Le spiritisme est une philosophie

A partir de l'étude expérimentale des phénomènes spirites, des lois naturelles ont été découvertes, telles les lois qui concernent le fonctionnement de la médiumnité et de son développement.Les grands principes exposés par les esprits peuvent être développés et réfléchis selon une approche philosophique. En cela le spiritisme fait appel à la raison. Concernant la différence à faire avec les croyances religieuses, voici quelques exemples : la réincarnation n'est pas un karma punitif mais une évolution perpétuelle ; la Terre n’est pas le centre de l’Univers mais une planète habitée parmi d’autres ; il n’y a ni anges, ni démons, seuls les esprits désincarnés peuplent l'au-delà ; il n'y a pas de miracles, mais des phénomènes naturels encore mal connus.

Le spiritisme est une formule chrétienne de partage, de liberté et de dignité pour tous les hommes et pour tous les peuples sans distinction d’ethnies ou de culture. Ainsi le spiritisme répond à l'essence même du message chrétien indépendamment de l'histoire religieuse. Ainsi également le spiritisme reconnaît toute l’importance du personnage de Jésus, en tant que missionné au même titre que d’autres prophètes.

La plupart des spiritualités ont été jusqu’ alors l’apanage des religions ou des initiations ésotériques. C’est le règne du dogme, du rite ou de la foi aveugle. C’est également le motif d’un conditionnement social hiérarchisé avec ses castes de prêtres, imams et autres, censés dicter les règles instituées par les textes ou les instances religieuses. 

Le spiritisme démocratise la connaissance de son enseignement, la rendant accessible à tous, pour une quête spirituelle qui n’établit plus de différence entre les individus. Devenu philosophie, le spiritisme a sorti la spiritualité de la croyance pour en faire un objet de recherche et de réflexion sur le sens de la vie à partir de ce que l’on sait de l’après vie.

 

L’éthique spirite

Le spiritisme explique le sens de la vie universelle dans l’éternité par l’évolution intellectuelle et morale qui se réalise dans l’addition de vies successives. 

Dans la solidarité des mondes, les esprits sont soucieux du devenir de l'humanité. Si les messages des esprits apportent des informations sur l'au-delà, ils représentent également un enseignement qui donne des clés sur le sens de la vie. C’est ainsi que les grandes questions abordées par les esprits font intervenir les valeurs universelles de liberté, de justice et de responsabilité. Ce qui nous conduit à réfléchir sur les grandes questions de société. En ce sens, le spiritisme est une philosophie à caractère humaniste qui pourrait participer au progrès et à l'amélioration des sociétés. 

La conscience spirite ouvre de nouveaux horizons dans une société matérialiste qui ne répond pas aux aspirations de bonheur inscrites au plus profond du cœur humain. Devant l'éternel débat opposant le matérialisme au spiritualisme, c'est à dire la raison à la foi, l'alternative spirite propose la découverte de l'esprit selon le principe de la raison. 

L'idée spirite bien comprise, brise les chaînes de toutes les tyrannies au profit de l'émancipation de chaque être humain.

 

Racisme, injustices, droits de l'homme

Issus d’une même force divine, les esprits sont tous appelés à la même évolution. Il n’y a donc pas de différences à faire du point de vue de l’égalité. Si les esprits incarnés n’ont pas tous la même évolution, ce n’est pas le fait d’une inégalité, mais d’une différence dans les parcours évolutifs de chacun. 

L’évolution collective de l’humanité ne passera que par le sens du partage et de l’amour. Notre Terre n’a pas encore compris sa véritable destinée, se perdant encore dans l’infériorité de l’orgueil, de l’égoïsme et de la domination. 

L’avancement moral devra passer par l’émancipation spirituelle de tous les individus. Mais il faut en même temps réviser les structures sociales, politiques et économiques, pour que cette émancipation spirituelle se réalise. En ce sens, le spiritisme représente le contraire d’une résignation. C’est l’invitation à un combat contre tous les fléaux engendrés par les instincts les plus bas : guerres, tortures, arrestations arbitraires, exécutions… racisme, injustices sociales, colonialisme, esclavage … 

Tirer l’humain vers le haut, c’est l’amener à réfléchir sur sa condition, en tant qu’esprit éternel issu de Dieu. C’est par une prise de conscience individuelle puis collective que la marche du monde pourra trouver un sens différent.

 

Questions d'aujourd'hui

En spiritisme, les grands problèmes de société ont toujours été évoqués et soumis au point de vue des esprits. Dans son  Livre des esprits, Allan Kardec avait déjà soulevé un certain nombre de questions. Aujourd’hui encore, il nous faut revenir sur des sujets comme le suicide, l’euthanasie, l’interruption volontaire de grossesse, le handicap, et puis aborder des thèmes plus près des préoccupation du monde actuel, comme l’homosexualité, les manipulations génétiques, la drogue, sans oublier tout ce qui concerne la justice sociale, l’état des prisons, la réinsertion, ...

Et l’on en arrive ainsi à réfléchir d’un point de vue spirite, sur les phénomènes politiques et sociaux qui conduisent à considérer également les questions de l’économie.

Le spiritisme pose les problèmes à partir des valeurs fondamentales d’égalité, de justice, de partage et de responsabilité, rejoignant la phrase du prophète Aimez-vous les uns les autres . La vraie spiritualité, tenant compte de l’éthique spirite, invite donc à une réflexion sur les transformations indispensables de nos sociétés.

Allan Kardec de son vrai nom Hippolyte Léon Denizard Rivail est le codificateur du spiritisme le livre des esprits le livre des médiums sur sa tombe au père lachaise il est inscrit Naître mourir renaître encore et progresser sans cesse telle est la loi le livre des esprits est l'un des écrits les plus lus après la bible cercle spirite Allan Kardec antenne de l'hérault spiritisme-herault.com
Allan Kardec de son vrai nom Hippolyte Léon Denizard Rivail est le codificateur du spiritisme le livre des esprits le livre des médiums sur sa tombe au père lachaise il est inscrit Naître mourir renaître encore et progresser sans cesse telle est la loi le livre des esprits est l'un des écrits les plus lus après la bible cercle spirite Allan Kardec antenne de l'hérault spiritisme-herault.com

Source: Site du CSAK

www.spiritisme.com

La Finalite Spirite

( Message de l'esprit d'Allan KARDEC reçu le 10 mars 1985 par incorporation )

" Notre présence parmi les hommes dans la formule spirite doit apporter à la Terre une réponse globale à l'ensemble de ses problèmes. L'entrée en contact avec les esprits doit, par conséquent, nécessiter de la part des spirites une exigence qualitative dans nos rapports, et traduire le besoin de combler l'ignorance de la nature humaine en tout domaine. Le spiritisme répond, dans sa définition, aux critères de la science et de la philosophie. Il implique, de la part des communicants, des attentes relevant de ces deux aspects de la réflexion intellectuelle.

Le spirite ne vit pas dans l'au-delà, dans le refus de la réalité physique, matérielle et sociale de son existence. Le spirite, conscient de son éternité et de la relativité de ses connaissances, utilise le contact avec l'invisible dans le but de transformer sa conscience, de partager sa métamorphose dans la proposition d'une société plus juste, à dimension planétaire. Ne souffrant d'aucune sorte de dogme et de rite initiatique, le spiritisme s'adresse à tous les hommes avides de connaissance et d'émancipation morale et intellectuelle. L'homme spirite dépasse les frontières habituelles du raisonnement établi. Il sait que le corps provisoire est là pour le conduire vers l'amélioration de son esprit qui n'aura pas de fin. Il sait que l'univers est peuplé de milliers de planètes habitées et que la puissance affective dans les sociétés de la Terre doit, un jour, disparaître au profit de la reconnaissance de la vie extra planétaire.

L'homme spirite est aussi un homme de raison, ce qui met un terme à toutes les supputations hermétiques de l'occultisme, de l'ésotérisme et de la magie qui sont des formes de pensées à la foi élitistes et oppressives. L'homme spirite a compris que la seule réponse au mal porte pour nom l'amour dans la connaissance ; que cet amour et cette connaissance sont accessibles à tous dans l'origine divine de la vie. L'homme spirite est conscient du rythme naturel de l'évolution universelle ; il sait que la lutte pour le bien exige de sa part l'aide aux esprits inférieurs qui environnent sa planète et agissent sur les esprits incarnés.

L'homme spirite est avant tout un individu conscient que son individualité ne veut rien dire sans les autres, incarnés ou désincarnés. Il refuse, par conséquent, les propositions idylliques de nirvana personnel égoïste et avilissant. L'homme spirite est l'homme de demain, l'artisan rigoureux de l'avenir, le fondateur de l'idéal astral à la lumière des messages qu'il reçoit. Toutes les espèces vivantes de la Terre et des mondes habités évoluent dans un désir directionnel de caractère attractif que je nomme Dieu. Le spiritisme renaissant trouvera son envol pour ceux qui auront su à quelle place le situer. Les puissances supérieures désincarnées ne se manifesteront jamais aux groupes inférieurs incarnés qui ne cherchent rien, en exigeant des esprits qu'ils s'emparent de leur vie.

Devenus responsables et conscients dans la reconnaissance de leur dimension divine, les hommes de demain auront fait de la Terre une sphère supérieure dans la loi de l'Amour. C'est ainsi que celui qui vous protège définit en l'instant la finalité spirite. "