Les Pionniers du Spiritisme

Allan Kardec a posé les bases du spiritisme dans Le livre des Esprits.

Après avoir dégagé les lois morales et philosophiques qui découlent du contact avec l'au-delà, après avoir jeté les premières définitions sur la médiumnité, expliqué et vulgarisé toute la logique de l'idée de réincarnation, après avoir passé au crible de la raison toutes les objections que l'on pouvait émettre devant le spiritisme, en un mot, après l'avoir codifié dans un grand nombre d'ouvrages, Allan Kardec se désincarne en 1869.

 

Il laisse derrière lui un champs fertile : partout en Europe et aux U.S.A. des cercles spirites se forment, les revues traitant du sujet sont innombrables, la France à elle seule, compte plus de un million de spirites et de sympathisants… Sa force de travail et sa rigueur ont su fédérer ce grand mouvement spirite, à tel point que la presse parle, pour l'évoquer, du  parti spirite , comme elle parlerait d'un  parti  politique. Allan Kardec rejettera ce mot de  parti .

Mais d'autres l'avaient déjà rejoint. Ils portaient pour nom Edison, Curie, Flammarion, Geley ; ils portaient pour nom Aksakof, Lombroso, Bozano, Crookes, Denis, Delanne …

Car la communauté scientifique fut appelée à la rescousse ; par les spirites eux-mêmes d'abord, pour en finir avec les hypothèses de fraudes et autres hallucinations ; par les opposants ensuite, pour démasquer la supercherie spirite …

Cela va être le temps des preuves, de toutes les preuves.

Partout les séances expérimentales se multiplient sous l'égide d'hommes rompus à l'observation et aux sciences dites exactes. Sur les innombrables procès verbaux sont consignés les phénomènes observés : déplacements d'objets, matérialisations et dématérialisations de fantômes sous les yeux des expérimentateurs, photographies transcendantales, écritures directes dans des idiomes disparus ou des langues inconnues des assistants, moulages ectoplasmiques … Tout cela dans les conditions de contrôles les plus stricts.

Notons également que à une ou deux exceptions près, tous les chercheurs qui étudièrent sérieusement le spiritisme durant au moins quelques années, devinrent eux-mêmes convaincus de la survivance de l'âme et de sa possible communication avec le monde des vivants …

De la fin des années 1850 jusqu'aux années 1910 donc, le spiritisme connaît une période d'expansion extraordinaire. La première guerre mondiale marque un triste temps d'arrêt ; mais celui-ci sait reprendre toute sa vigueur ensuite jusqu'à la fin des années 1920.

S'est créé depuis plusieurs années maintenant une grande confédération panaméricaine, la CEPA, qui fédère un peu plus chaque année, les groupes spirites désireux d'un retour au source, dans la pratique d'un spiritisme  Kardéciste  où la rigueur en matière d'étude, remplace la croyance.

La rigueur, c'est bien de cela dont il s'agit aujourd'hui dans le renouveau spirite qui existe : continuer le travail en exhumant l'œuvre passée, avec cependant une dimension nouvelle et intellectuelle, car le temps des preuves est passé.

Source: Site du CSAK

Antenne de Paris

http://spiritisme.free.fr